Archives de la catégorie: La baisse du jour

Focus sur une valeur en vue et les conseil de la rédaction avec Laurent Grassin et Stanislas Feuillebois

Ipsen pénalisé par Barclays

Par Laurent Grassin

Le groupe pharmaceutique est pénalisé par un abaissement de recommandation de Barclays. Le courtier est passé de surpondérer à pondérer en ligne et a abaissé son objectif de cours de 57 à 53 euros.

Il estime notamment que la nouvelle acquisition dans l'oncologie risque de peser sur la croissance des résultats à court terme.
Une marge amputée d'un point et demi. Le Revenu est à conserver sur Ipsen pour les mêmes raisons que Barclays. Le lancement commercial de cabozantinib, un anticancéreux racheté à une biotech américaine, amputera la marge d’un point et demi cette année.

Ipsen dispose encore de 500 millions d’euros à consacrer à la reconstitution de son portefeuille de produits en cancérologie. D’autres acquisitions sont à prévoir et, avec elles, d’autres à-coups boursiers. Mais la direction est la bonne.

Sopra Steria sanctionné en Bourse

Par Stanislas Feuillebois

Sopra Steria chute de plus de 5%. Les investisseurs ont sanctionné les comptes annuels de la SSII. Le chiffre d'affaires 2015 est ressorti à 3,5 milliards d’euros, en hausse de 6,4% et la marge opérationnelle à atteint 6,8%. Des résultats proches des attentes.
Un premier trimestre difficile
Les dirigeants ont déçu en évoquant un premier trimestre difficile. Ce qui explique la baisse du titre d’aujourd’hui. La SSII anticipe une croissance organique du chiffre d'affaires supérieure à 2% en 2016, pour une marge opérationnelle de 7,5%.
La prudence affichée par les dirigeants nous incite à rester à conserver sur l’action.

Scor : le réassureur résiste bien

Par Stanislas Feuillebois
De plus les dirigeants ont confirmé les objectifs de son plan stratégique à horizon mi-2016. Le réassureur prévoit de verser à ses actionnaires un dividende de 1,50 euro par action au titre de l'exercice écoulé, contre 1,40 euro l’an dernier.
L’action du cinquième réassureur mondial recule de 8% depuis le début de l’année, ce qui témoigne d’une certaines résistance dans le contexte de chahut boursier qui affecte les valeurs financières.
Nous restons à l’achat.

Icade : un exercice de transition

Par Laurent Grassin

Le résultat net 2015 est ressorti en perte de 207,6 millions d'euros, à cause d’une dépréciation d'actifs de 470 millions et le règlement d'un litige fiscal. De plus, l'actif net réévalué a reculé de 2,8%, à 5,38 milliards, sous l’effet de la dépréciation de ses parcs d’affaires. Bonne nouvelle, le divende proposé est stable, à 3,73 euros par action, soit un rendement de 6%.
La plus décotée des foncières de bureaux
Le Revenu est à conserver sur le titre qui évolue non loin d’un plus bas à trois ans. Le plus dur est peut-être passé pour la plus décotée des foncières de bureaux qui peut espérer profiter du redémarrage de son pôle de promotion.