Bilan trimestriel CAC 40

Deux boussoles ont guidé la Bourse ces derniers mois : le cours du baril de pétrole et la situation en Chine. Après un franc rebond à partir de mi-février, le CAC 40 hésite sur fond de regain de l’euro face au dollar.

Entre grosse déprime, bouffée d’optimisme et indécision, une large palette de sentiments a animé les investisseurs tout au long du premier trimestre. Une humeur changeante qui s’est accompagnée d’une volatilité extrême, dans laquelle beaucoup voient le symptôme d’un marché déréglé par les masses inédites de liquidités circulant sur les marchés, conséquence des politiques hyperexpansives des ban­ques centrales. In fine, le CAC 40 a perdu 5,4% en trois mois. C’est peu comparé au repli annuel de 16% qu’accusait l’indice le 11 février lorsqu’il a touché le fond, à 3 892,46 points.

Le pétrole, totem du marché

L’année a en effet très mal démarré sur les marchés, obnubilés par deux sujets phares : la Chine et le pétrole. Comme en août dernier, la dépréciation du yuan a provoqué beaucoup de stress. Avec cette fois-ci la crainte de voir la Chine, confrontée à d’importantes sorties de capitaux, épuiser ses réserves de changes à force de défendre sa monnaie.

Mais c’est surtout la nouvelle vague de bais­ses sur le baril de Brent (tombé à 27 dollars le 20 janvier), aussi violente qu’inattendue, qui a tétanisé les investisseurs. Déjà en place fin 2015, la corrélation entre le cours du pétrole et l’indice CAC 40 est restée extrêmement forte tout au long du premier trimestre.

La suite de cet article sur www.lerevenu.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire